Yuma

Racontez vos histoires autour d'un verre sous la tente...

Modérateurs : Modérateurs français, Animateurs, Modérateurs russes

Message par Chabert » Sam Juil 21, 2012 6:24 pm

A la recherche du père des pairs

La nuit tiède et le bruit ambiant du campement proche de la ferme empêcha Yuma de s'endormir. Les soldats tardaient à se coucher et passaient le restant de la soirée a boire et rire avec les femmes du coin .
Il s'étira et scruta le ciel éclairé par une lune pleine. Il marcha à travers le camp, salua ses compagnons , échangea avec eux quelques mots d'amitié.
Alors même qu'il se décidait à rentrer, il vit la jeune Princesse Zinovia se diriger hors de l'enceinte de la ferme. Ses pensées s'égarèrent un instant à se souvenir de leur première rencontre, puis alors qu'il l'a cherchait des yeux , il ne la vit plus. Intrigué, il alla dans la direction ou il semblait l'avoir vu sortir du campement.
A son tour, il s’avança dans l'épaisseur des ombres de la forêt et se dirigea machinalement vers les étangs.
Alors même qu'il n'était qu'a quelques mètres des berges il entendit un clapotis régulier qui se déplaçait .
Sans plus de bruit , il s'avança encore de quelques pas et découvrit qu'il s'agissait de Zinovia nageant au milieu du point d'eau. Il sourit et alors même qu'il s'en retournait , il écrasa une branche morte. Le bruit de la branche cassée se répandit sur l'eau comme le bruit du canon dans la plaine.
La femme surprise poussa un léger cri d’appréhension. Yuma se maudit à lui même.

Qui va là ?
Le colonel bien que non visible , cru bon de la rassurer et sortant de l'ombre de la forêt s'avança clairement afin quelle l'identifia .
Colonel ! Vous ! Que faites vous ici a m'espionner ? ....
Puis insidieusement rajouta ... à me regarder ...
Yuma se sentit mal à l'aise , tel n'était pas ses intentions ....Quoique ?
A bien y réfléchir n'était ce pas là son seul instinct de mâle qu'il l'avait conduit derrière les pas de la jeune femme ? Il secoua la tête comme pour chasser ces mauvaises idées. Il finit par babultier et dire combien il était désolé de l'avoir suivit mais il n'avait qu'une ombre sortir du camp et intrigué il n'avait que suivi son instinct de soldat pour s’enquérir de ce qui se passait ...
Vous voilà donc rassurer Colonel, ce n'est que moi Zinovia ! Qui prend son bain du soir hors ..normalement hors de vue des hommes ... Maintenant que vous êtes là , rendez vous utile et vous me passerez mon drap de séchage .
Yuma obtempéra trop contant de l'aubaine . Mais la femme plus prompt que jamais était déjà enveloppé dans ses vétement qu'il cherchait encore la serviette . Le Colonel fini par comprendre que Zinovia s'était joué d elui en lui faisant chercher quelques tissus qu'elle ne'avait pas, simplement dans le but de détourner son attention. Il rit ouvertement de sa couardise et la femme le voyant rire ainsi partagea cet instant . tous deux rentrèrent au camp et La Princesse invita le Colonel à boire un thé.
Installé prés de l'âtre Zinovia s'essuya les cheveux , sans plus de convenance. Elle regarda le cosaque par dessous sa chevelure , son regard espiègle rencontra enfin celui de Yuma . Cette fois , elle baissa les yeux et se tourna vers le feu afin de cacher son émoi.
Colonel ! Comme je vous en ai entretenu la dernière fois, je dois rencontrer nombre de chefs de clans Cosaque. J ai ici, un message à leur délivrer de la part du Tsar et ce message ne doit pas être pour l'heure connu des régiments réguliers de notre Empereur.
Seriez vous à même me me conduire près d'eux , Colonel ?


Le colonel, réfléchit quelques instants et fini par accepter , toutefois il désira de s'enquérir du contenu du message.

Princesse, seriez vous à même de m'en dire plus concernant le message que vous devez passer aux différents clans ?
Zinovia se leva et tourna le dos au Cosaque, elle se chauffa les mains à la cheminée , pui selle finit par se retourner et ses yeux noirs plongèrent dans ceux du Colonel et lui demanda
Seriez vous prêt à me servir d'escorte , sauriez vous assurer ma sécurité pour que je puisse me rendre aupres des clans ?Ëtes vous l'homme de la situation ?
Yuma fut quelque peu surpris des questions poser ...Il se leva ettout en lui disant
Il me semble que je n'en sais pas plus concernant le message à délivrer ...A ma question vous répondez par d'autres questions ! Est ce là une démarche normale ? Qu'en a savoir si je suis l'homme de la situation , tout dépendra effectivement de cette situation !
Excédé Yuma allait sortir quand la jeune femme le retint par la manche ...Il voulu se dégager mais la main de la femme se fit plus ferme et dans un léger souffle lui fit comprendre que le Tsar désirait s'entretenir avec l'Hetman , le chef des chefs consacré par l'assemblé des différents clans Cosaques, l'Empereur Alexandre laisserait entrevoir des bénéfices non négligeables aux différents clans . Le colonel s'essuya la moustache se donnant l'air de la réflexion puis il lui dit qu'il l'escorterai ...Il dégagea délicatement la main de la femme sur son bras , lui adressa un sourire et s'éclipsa dans le camp .Zinovia referma la lourde porte d ebois songeuse.
Vivre libre ou mourir
Avatar de l’utilisateur
Chabert (Mat. 1442)
Colonel
Français
 
Message(s) : 1537
Inscription : Dim Mars 04, 2007 10:46 am
fiche

Message par Chabert » Mar Juil 31, 2012 11:03 am

Plaine de Boubka Fin juillet

La plaine est brulée au fer blanc par un soleil de plomb , des milliers de soldats se battent du Sud de Boubka à Posthenen sur la rive Ouest de la Bérézina . Les hordes des clans Cosaques assaillent jour et nuit les troupes des renforts Français montant vers les fronts d'Alma , Tractir , Balaklava et Boubka . Combien sont ils , combien en arrive t il encore ? Chaque jour les reconnaissances dénombrent de plus en plus de troupes transitant par la plaine.
Ataman et Zork entrèrent dans la tente de Yuma , l'un couvert de sueur et de sang visiblement arrivant tout droit de la plaine et l'autre enivré d 'alcool . Ataman rendit compte à Yuma de la situation sur le champ de bataille et surtout de l'urgence a mettre en sécurité la noblesse et la bourgeoisie de la Datcha . Les serfs qu'en à eux trouveraient facilement refuge vers les montagnes et bois avoisinants .
Yuma se leva d'un bond et fila droit vers les appartements de Zinovia tout en criant des ordres de droite et de gauche .Zork et Ataman rassemblèrent les hommes qui trainaillaient dans le camp et se fondirent dans la foret
Vivre libre ou mourir
Avatar de l’utilisateur
Chabert (Mat. 1442)
Colonel
Français
 
Message(s) : 1537
Inscription : Dim Mars 04, 2007 10:46 am
fiche

Message par Chabert » Ven Août 03, 2012 4:59 pm

La Rada

Alors que les Sotnia combattaient âprement dans la plaine, les chefs de celles-ci se rendirent en grand nombre en un endroit très discret pour rassembler la Rada de tous les clans .
Yuma qui n'était pas en reste accompagné de la belle Zinovia pris le chemin à la hâte alors même que la ferme Béro était menacée par les troupes Françaises.
A quelques lieues de la grande assemblée, Yuma laissa Zinovia ; sa servante et son escadron pour se rendre seul auprès des représentants des clans Cosaques. La nuit profonde était propice à se rendez vous, seul le feu derrière la montagne scintillait de tous ces éclats car aucune troupes ne pouvait l’apercevoir de la plaine . Là autour vaquait quelques serfs qui s'affairaient aux derniers préparatifs , amenant nombre de victuailles et de bons vins et diverses alcool. Yuma descendit de cheval et mena celui -ci prés de la grande longe ou déjà nombre de chefs avait attaché leurs montures . Yuma s’avança cherchant du regard qui il pouvait bien connaître parmi tous ces fabuleux guerriers .
A les voir, tout à chacun y verrait plutôt de joyeux compagnons festifs que de redoutables guerriers , mais à y regarder de bien pres chacun pourrait y voir de nombreuses balafres et stigmates , fruits des innombrables combats menés. Rustres, ils le sont , mais questions de compagnons et de fraternité ils se posent là , comme les maitres absolus .
J'avançais prudement vers le centre de l'assemblée , chacun ici présent ne me connaissait pas encore et je me devais de leur présenter de vive voix mon clan .

Me raclant la gorge je me mis à parler haut et fort , mais rien y fit , les chefs de guerre braillaient, se tordaient de rire , pinçaient quelques fesses et ne me prêtaient aucune attention.
Comment cette horde de chefs dépenaillée , alcoolique , sans foi ni loi pouvait elle mener une guerre cohérente et efficace contre les Français ?
Pour ma part , javais toujours guerroyé contre des petits clans adverses et attaqué quelques troupes françaises et je me demandais comment la Rada allait elle pouvoir décider d'un quelconque plan ...
J'essayais vainement une deuxième tentative de présentation quand un grand gaillard me tapât sur l'épaule tout en me disant :
Ca sert a rien camarade Yuma a te présenter , ici tout le monde sait tout , du moins presque tout ! Par contre on aimerait que tu nous présentes la belle que tu asx laissé à quelques lieues d 'ici ...Nous avons cru comprendre par nos renseignements qu'elle était porteuse d'un message du Tsar .
Effectivement ils semblaient déjà connaître pas mal de chose aussi je lui dit que j'allais chercher la Princesse Zinovia . Je m'enfonçais dans la nuit laissant derrière moi festoyer les chefs de clans.
Vivre libre ou mourir
Avatar de l’utilisateur
Chabert (Mat. 1442)
Colonel
Français
 
Message(s) : 1537
Inscription : Dim Mars 04, 2007 10:46 am
fiche

Message par Chabert » Ven Août 10, 2012 11:20 am

Le message d'Alexandre

Zork se tenait pres de la Princesse et était en forte conversation avec elle sur la tenue d'une bonne table et les boissons qui devaient être délivrées lors de festins. Tous deux à ma vue furent étonnés que je fusse revenu si tôt de la Rada .
Déjà de retour Colonel ? Les chefs Cosaques sont ils déjà tous saoul et ronflent t ils déjà sous les tables dans les bras de braves servantes ?
Elle éclata de rire à ses mots ...
Madame , ayez le respect de ces grands guerriers ! N'oubliez pas que vous avez un message à leur délivrer ...
D'ailleurs, à cet effet, ils sont déjà tous au courrant que vous êtes non loin de l'assemblée et qu'ils aimeraient que vous veniez leur présenter vous même ce fameux message; c'est pourquoi je suis venu vous chercher .

Voilà qui est bien ! rétorqua t elle immédiatement se dirigeant vers sa monture . Yuma pris à part Zork et lui commanda de sécuriser le campement . Puis il accompagna Zinovia à travers la nuit en direction de la Rada.
La jeune femme cavalière émérite poussa son cheval au galop derriere le Colonel, en une heure tardive de la nuit , ils arrivèrent au lieu de rassemblement des chefs de clans . Preste comme un jeune garçon elle sauta de cheval nullement génée par sa robe étroite de paysanne

Bien que l'assemblée des chefs Cosaques à moitié enivré saurait refoulé n'importe quel invité , elle s'avança d'un pas assuré pres du grand feu . Alors que son visage s'iluminait , elle fit tombé son capuchon qu'il lui couvrait la tête et les épaules , libérant ainsi de long cheveux bruns bouclés . D'un geste de la tête de droite à gauche puis de haut en bas sa longue tignasse pris toute son ampleur . Elle s'avança encore d'un pas afin que tous les membres de la Rada puisse la voir .
Je m'avançais à ses cotés et je pris la parole alors même qu'un grand silence s'était installé.


Comme vous me l'aviez demandé mes frères , voici Zinovia;... Zinovia Zenkovna , Princesse de Novgorod et de Nijni , cousine par alliance de la princesse Anna Taraslovna cousine du Tsar.
La princesse est chargée de vous transmettre un message d'Alexandre 1er Tsar de toutes les Russies .

Je fis signe à Zinovia de prendre la parole. Celle -ci regarda droit devant elle , plongeant son regard dans les yeux de Caligov , puis regarda Mikaïl Le Fou, elle s'avança en face du sage Leto et elle finit par dire combien elle était honoré d'être présentée aux plus fabuleux soldats que comptait la Russie. Nul ne dit mot et tout à a chacun des chefs la dévisageait sans la moindre expression sur le visage , ne laissant paraitre aucune émotion. La Princesse commença a naviguer de droite et de gauche afin de s'adresser à chaque chef , leur raconta comment les armées du Nord avaient du plier malgré les efforts conséquents fournis par les régiments, combien il avait fallu se battre sur Krasnoie face à de féroces Français qui ne reculèrent que pas à pas , combien il avait été dur de se mobiliser pour ne pas perdre Pest face à l'audace de la cavalerie de Napoléon . Aussi le Tsar Alexandre m'a t il chargé de vous transmettre ce message. Ce message dont le Haut état major n'est pas informé à cette heure. Il le sera en temps opportun , selon votre réponse . Elle chercha dans son corsage un petit parchemin parfaitement plié scellés aux seaux de l'Empereur de toutes les Russies . Ce fut Caligov qui le pris et le montra à chaque membre de l'assemblé puis il l'ouvrit et ne sachant lire ....le donna au Colonel Vitali Viatchesla.
Après lecture, celui ci se mit debout et demanda aimablement à la Princesse de se retirer afin que les chefs prennent connaissance du message et que la Rada puisse s'exprimer librement . A ces mots Yuma raccompagna à l'écart Zinovia.

Croyez vous Colonel que les chefs accorderont toute leur attention au message écrit exprimé par l'Empereur ?
Les Cosaques sont des guerriers qui défendent leurs terres , ils décideront au mieux de leurs intérêts...

Yuma regagna l'assemblée , laissant la jeune femme perplexe.
Vivre libre ou mourir
Avatar de l’utilisateur
Chabert (Mat. 1442)
Colonel
Français
 
Message(s) : 1537
Inscription : Dim Mars 04, 2007 10:46 am
fiche

Message par Chabert » Ven Août 24, 2012 8:17 am

La canicule

Zinovia Zenkovna s'en retourna vers sa monture et demanda à Zork de l'escorter jusqu'à Balaklava .
Le rustre Zork envoya un messager à Yuma afin de l'en informé et prit la route de la grande ville du Sud, accompagnant ainsi la petite troupe à travers les chemins de traverses. A quelques distance de l'assemblée des chefs de guerre, le clan Yuma s 'était rassemblé; Agla ,Ataman , Aga khan s'entretenait autour d'un feu et évoquaient leurs derniers combats pres de la ferme Bero et de la mine Boubka . Ataman montra ses différentes estafilades dont il était pas peu fier et chacun à qui mieux mieux évoqua ses blessures. A cet instant Yuma apparut dans la lumière du feu et l'air sombre leur dit :
Nous partons immédiatement vers l'EST , sans plus tarder , Zork nous rejoindra, je laisserai un détachement non loin de la rive Sud de la Bérézina .
Agla ! Fait envoyer ce message à la Princesse, c'est la réponse de la Rada au Tsar , il comprendra de quoi il en retourne concernant ses propositions ... Ah ! n'oublie pas de lui dire aussi que j'ai étais enchanté de la connaître

Sans plus attendre, les chefs des sotnias se mirent à rassembler leurs hommes et prirent la route de l'Est à travers la forêt menant à Merzlota .
La route s'avéra longue et pénible d'autant que le temps était passé au beau fixe et que le soleil dardait à pas moins de 40 °. Tous les hommes et les montures souffrirent de cette chaleur accablante et les combats dans la forêt furent rude tout aussi bien pour les troupes du 30 RI que nous rencontrèrent en chemin que pour les Cosaques

De toute part le clan du colonel rencontra de nombreux autre groupe de Cosaque qui convergeaient vers l'Est en direction de Posthernen . A chaque rencontre les hommes s 'informaient des mouvements de l'ennemi qui visiblement était décontenancé. Yuma se fondit dans un groupe ou 4 a 6 clans qui s'étaient réunis et après avoir vaincu nombre de régiments ennemis se vit contraint à éviter le combat et distancer leurs adversaires direction plein Nord ! Après une semaine de marche , les premières effluves rafraichissantes de la Bérézina nous effleurèrent . La Mine de Merzlota sera à nous demain.
Vivre libre ou mourir
Avatar de l’utilisateur
Chabert (Mat. 1442)
Colonel
Français
 
Message(s) : 1537
Inscription : Dim Mars 04, 2007 10:46 am
fiche

Message par Chabert » Ven Août 24, 2012 5:16 pm

Merzlota

Au petit matin alors que les brumes matinales affleuraient encore la Bérézina, plus de 2000 Cosaques franchirent la rivière en différents points , surprenant au réveil les quelques unités de l'Armée du Rhin.
En une journée le massacre fut total, pas un Français ne fut épargné ; ainsi le chef de guerre Gilou pris possession de la mine , bientôt relevé par le Trolll alors que des renforts Français pointaient leurs nez .
Les unités du Colonel Yuma, assurant en partie l'arrière garde , il décida de les scinder en deux groupes . L'un pour effectuer un raid sur Vileika , l'autre pour assister à tenir Merzlota , puis aller vers le Nord en direction de la montagne Plauven... En ce 14 Aout des milliers de Cosaque se déversèrent sur la rive Nord de la Bérézina et se dispersèrent pour piller et couper les lignes de communications et d'approvisionnement Francais .
Le colonel Gilou non satisfait d'avoir pris la mine Française , envoya sa cavalerie en direction de Studienka . Ville qui depuis le début de la campagne n'avait jamais subit aucun assaut et semblait bien paisible , comme le disait Vitali ; Combien les Français ont ils entreposé d'or dans cette ville ??? Les jours qui allaient venir nous le diraient , car appaté par les gains potentiels nombreux groupes de Cosaques convergèrent sur la ville .
Vivre libre ou mourir
Avatar de l’utilisateur
Chabert (Mat. 1442)
Colonel
Français
 
Message(s) : 1537
Inscription : Dim Mars 04, 2007 10:46 am
fiche

Message par Chabert » Sam Août 25, 2012 2:44 pm

Studienka

Yuma dirigea le bataillon de Cosaque à pied de Zork et d'Ataman vers vileika , il n'était pas nécessaire d'assurer la surveillance de Merzlota tant les Français avaient désertés le terrain. Plus à l'Est les groupes Cosaques harcelaient Studienka et d'autres guerriers commençaient à longer la montagne de Plauven .
Le 12 Aout Yuma arriva en vu de la mine Vileika , il fut fort étonné de voir que celle-ci n'était pas vraiment gardée et seul un bataillon commandé par le sous-Lieutenant louick manœuvrait à travers le marais Est de la mine .
Le 14 Aout la mine fut prise par le Colonel sans coup férir .
Au matin du 17 Aout j’appris que la ville de Studienka était tombée mais que de nombreux régiments Français s'y dirigeaient afin d'éviter que la granse armée ne fut définitivement coupée en deux . Les Cosaques ayant conquis la ville ne se privèrent pas de boissons et des filles qui couraient en tout sens dans les rues cherchant désespérément à échapper aux chevaucheurs des steppes.
Vivre libre ou mourir
Avatar de l’utilisateur
Chabert (Mat. 1442)
Colonel
Français
 
Message(s) : 1537
Inscription : Dim Mars 04, 2007 10:46 am
fiche

Message par Chabert » Dim Août 26, 2012 8:29 am

Le siège de Balaklava

Zinovia s 'empressa d'écrire une lettre au tsar dans laquelle elle évoquait sa mission. Elle cacheta sa lettre dans laquelle elle introduisit le message des chefs Cosaques. Elle demanda que ce pli soit envoyé en urgence aupres du Tsar pendant qu'il était encore , vu que les Français s'employait à assiéger la ville. Le courrier spécial pour éviter toute rencontre malencontreuse sortit par une porte dérobée de l'enceinte Nord de Balaklava. Zinvovia voyant les troupes Française effectuer un siège d eplus en plus pressant décida de quitter la ville et d' aller se réfugier au Fort au Nord Ouest de la ville. Ali, sa dame de compagnie ficela les coffres et malles de la Princesse et la petite troupe de serviteurs s'éclipsa dans la journée du 13 Aout alors même que le Capitaine adjudant-major Gontran le Porcher venait de prendre pied avec sa compagnie dans les faaubourgs Sud Est de la ville . Les jours de Balaklava étaient dorénavant compter .
l nous faut la mobilisation de tous, soldats du Maréchal, cosaques, Jägers, Génie du Tsar... Il nous faut investir intégralement les faubourgs sud de la ville, empêcher l'ennemi d'y prendre pied. Conservons la défense des quartiers pour les laisser hors des murs protecteurs de la cité.La défense de Balaklava s 'organisait dans le désespoir ...
LE 20 Aout, bien que les Français aient pris leur temps les quartiers Sud Est furent d eplus en plus envahis et les batailles de rue a la bayonette et sabre se firent de plus en plus pressant .
LE 21 les Cosaques qui étaient en première ligne furent écrasés sous le nombre , l'occupation de l'église était un véritable défilé de tous les régiments Russses présent tant les hommes souffraient du feu nourrit des forces Française. Et toujours pas de renforts ou si peu...
Dans la nuit du 21 les Français lancèrent une offensive et investient tous les quartiers Suid , de plus il s avaient lancés leurs troupes coté Ouest et Est avafin de prendre en tenaille la ville qui se défendait de la rage du désespoir. Ainsi un courrier de Vitali , chef de guerre Cosaque évoque parfaitement la situation :


*****
Nos pertes ont été une nouvelle fois importantes aujourd'hui: les cosaques du Chef de Guerre Le_Troll, les Indépendants commandés par Rumph, les Les dragons du 5e VK, et les hommes du Maréchal de Nolan sont tombés... Seuls les fusillés de Yaya (du "Voïvodat Khturov") ont eu le temps de se replier dans les quartiers ouest de Balaklava, évitant une mort assurée.

Nos effectifs en troupes valides fondent comme neige au soleil. Ce serait un miracle que nous parvenions à tenir Balaklava jusqu'au prochain dimanche.

......
Le 23 Aout malgré des pertes importantes l'encerclement par l'Ouest de Balaklava stagne du coté Français , mais coté Est , les compagnies Françaises sont aux portes de la ville .
Le vendredi 24 Aout au petit matin, le Général de Brigade Dada lance une charge afin d'affaiblir les premieres lignes ennemis . 5 compagnie Françaises seront détruites , malgré cet acte de bravoure il n'en demeure pas moins que le Français avancent .
Le Samedi 26 aout l'encerclement par l'Ouest et l'Est est définitivement effectué , seule la partie Nord de la ville permettra aux compagnies Russes d 'évacuer la ville. Mais l’église tient toujours!!!
Le dimanche 26 Aout , il ne reste que 13 unités Russes dans la ville mortifiée , l'encerclement coté Nord commence.
Le Dimanche en fin d’après midi il ne reste que 10 unités Russes complètement assommées par les tirs venant de tous bords... Dans la nuit la ville tombera et seules 3 unités Russes arriveront à évacuer la ville . Un carnage !
Vivre libre ou mourir
Avatar de l’utilisateur
Chabert (Mat. 1442)
Colonel
Français
 
Message(s) : 1537
Inscription : Dim Mars 04, 2007 10:46 am
fiche

Message par Chabert » Mar Août 28, 2012 10:08 pm

Ferme du Yack
Après la prise de la mine Vileika le colonel Yuma du se replier à la ferme du Yack après 6 jours d'âpres combats avec l'armée du Rhin ...
Image
Il continua toutefois à harceler l'ennemi avec une compagnie de fantassins mais les résultats escomptés ne furent pas ceux attendus . Les Français en surnombre gardèrent pour l'heure la mine . Le Colonel rassembla tout le clan en la ferme Yack afin de prendre de nouvelle s montures , armes , fourrage et approvisionnement . Il apprit que des clans Cosaques avaient poussés tres au Nord Est pour piller la ville de Wesselovo et qu'à ce jour les combat avec le II CA étaient très durs.
Dans sa tente , il prit une plume et commença a rédiger une lettre à l'intention de la Princesse Zinovia . Il chercha ses mots ....Il l'imagina ...

Image
Vivre libre ou mourir
Avatar de l’utilisateur
Chabert (Mat. 1442)
Colonel
Français
 
Message(s) : 1537
Inscription : Dim Mars 04, 2007 10:46 am
fiche

Message par Chabert » Ven Août 31, 2012 8:16 pm

Départ de la ferme

Après trois jours de repos le Colonel Yuma donna ordre de faire mouvement. Ataman impassible prépara les chiens qui l'accompagnaient et bourra une bonne pipe de bruyère qu'il avait prise sur un cadavre Français . Cette bouffarde semblait lui donner toute satisfaction...

Image
Zork , Agla et Aga khan étaient en grand conciliabule et discutaient âprement des différentes options pour quitter la ferme menacée par plusieurs régiments Français dont la Brigade infernale , les grenadiers réunis et ceux du 30 ieme . Le passage Sud Est étant verrouillé et celui de l'Est aussi il ne restait que peu d'option.
Yuma décida...
Vivre libre ou mourir
Avatar de l’utilisateur
Chabert (Mat. 1442)
Colonel
Français
 
Message(s) : 1537
Inscription : Dim Mars 04, 2007 10:46 am
fiche

Message par Chabert » Dim Sep 09, 2012 4:38 pm

9 Septembre

Après un long périple du fort de Balaklava , la Princesse Zinovia arriva au Palais Nord d'Alexandre . Le majestueux monument avaient été maltraité par les derniers combats entre troupes Françaises et Russes et il avait subit tant de dégâts que par endroit on pouvait voir à travers .
Toutefois s'était bien là qu'elle devait rendre compte de sa mission au Tsar de toutes les Russies.
Elle pénétra escortée de ses gardes dans l'antichambre ou un Chambellan lui demanda de patienter , le Tsar étant en réunion avec les plus hauts dignitaires de son état Major.
Quand enfin la porte s'ouvrit, le chambellan lui demanda de bien vouloir entrer dans le bureau de travail ou l'attendait l'Empereur Alexandre .
Qu'elle ne fut sa surprise de ne voir personne d 'autre que l'Empereur lui même . Elle qui s'attendait sans doute à tord que nombre de dignitaire de la cour soit présent pour cette entrevue. Elle salua l'Empereur comme il se doit et celui -ci l'invita à s’asseoir dans un fauteuil très confortable .

Venons en au fait Chère Princesse ... Pouvez vous me rendre compte sommairement de vos entretiens avec les clans Cosaques que vous avez rencontrés ? Avant toute chose, je tenais toutefois à vous remerciez . Il est évident que votre mission à eu le résultat escompté et bien au delà encore de ce que nous espérions ! Mon haut état Major aborde depuis ces derniers temps des sourires radieux que je n'avais vu depuis le douloureux hiver . Les joues de la Princesse rosirent légèrement sous ces compliments, toutefois elle se reprit gaillardement afin de résumé brièvement comment elle avait procédé et comment les clans Cosaques finirent par se mettre d''accord pour lancer une offensive vers les grandes plaines de l'Est et du Nord Est. Le Tsar plissa les yeux et quand elle eut finit il laissa tomber ces quelques mots
Je préfère voir ces Cosaques à l'Est dans les arrières des lignes ennemis que parmi nos troupes régulière...
Bien que vaillants guerriers , ils sont trop indisciplinés et leurs humeurs trop versatiles pour qu'ils soient un jour parmi nous à gouverner notre immense Empire.
A ces derniers mots Zinovia acquiesça ...par politesse . L'entretien prit fin et l'Empereur la remercia une nouvelle fois, lui laissant entendre qu'il pourrait avoir prochainement besoin d'elle ...Qu'elle serait à juste titre récompensée. Zinovia s’inclina, puis se retira laissant l'Empereur à son travail de gouvernance. Ah! Comment avait elle pu se laisser manipuler ainsi...Elle qui croyait que l'Empire était la réunification des peuples qui le composait ! Ainsi , toute cette politique lui échappait ...Elle ragea et sortit rapidement du palais afin de prendre possession de la datcha qui lui avait été réservée. Elle fulminait encore quand elle arriva près de la résidence campagnarde.
Vivre libre ou mourir
Avatar de l’utilisateur
Chabert (Mat. 1442)
Colonel
Français
 
Message(s) : 1537
Inscription : Dim Mars 04, 2007 10:46 am
fiche

Message par Chabert » Mer Sep 26, 2012 12:41 pm

Les feuilles mortes

Voilà près d 'un mois que Zinovia se rendait au palais du Tsar afin d'accomplir ses devoirs auprès des courtisans . Elle représentait de par sa présence, une partie de la lignée de l'Empereur Alexandre , bien qu'elle ne fut qu'une Princesse de sang assez éloignée. Maintes fois , elle essaya de ne pas se rendre au palais et maintes fois elle reçue ordre de s'y rendre . Ainsi les dignitaires de l'Empire ne plaisantais pas avec les protocoles .
Elle obtint deux entrevues avec Alexandre ...Deux entrevues très fructueuse qu'en au devenir des peuples de toutes les Russies . Cela la laissa songeuse et elle comprit rapidement que ce monde , celui de l'aristocratie Russe ne pouvait s’accommoder à ses pensées , à la vision de son monde à elle.
Bien des nuits elle songea encore à ses rencontres avec les Clans Cosaques et leurs manières naturelles de vivre . C'est dans la matinée du 27 Septembre qu'elle quitta la Datcha Peterhof pour reprendre la route des grandes steppes .
Vivre libre ou mourir
Avatar de l’utilisateur
Chabert (Mat. 1442)
Colonel
Français
 
Message(s) : 1537
Inscription : Dim Mars 04, 2007 10:46 am
fiche

Message par Chabert » Ven Oct 26, 2012 6:19 am

Sur les traces

La grande armée en cette fin de mois Octobre se repliait sur ses quartiers d'hiver , elle avait subit défaites sur défaites et nombre de petites villes et points stratégiques étaient tombés aux mains des troupes Russes qui ainsi libéraient leurs terres.
La Princesse Zinovia bravant les intempéries et les affres de cete interminable guerre s'installa à Balaklava libérée des troupes Française. De là , elle chercha à se renseigner ou les Kosack avaient été affecté. Enfin quand elle sut que ceux-ci n'étaient pas très loin elle hurla sa joie à sa dame de compagnie tellement elle désirait de revoir le Colonel Yuma.
Elle s'empressa de regarder les cartes avec son officier de garde pour envisager les routes à prendre.
Le lendemain les premières gelées blanches nappèrent toute la plaine alentour . Elle regarda les combats qui s'y déroulaient sans cesse de jour tout comme de nuit . Les Français ne semblait ne plus rien lacher

Vivre libre ou mourir
Avatar de l’utilisateur
Chabert (Mat. 1442)
Colonel
Français
 
Message(s) : 1537
Inscription : Dim Mars 04, 2007 10:46 am
fiche

Message par Chabert » Jeu Nov 01, 2012 12:35 pm

La croisée des chemins


Le bataillon au complet du Colonel Yuma s'était replié sur les bâtiments du Yack. Enfin , ce qu'il restait du bataillon. Plus de 70% de l'effectif s'était sacrifié pour tenir la route Balaklava Alma . Les compagnies Cosaques s'étaient jetées au cœur de la mêlée alors même quelles comportaient nombre de blessés et c' est dans se sacrifice suprême que le Français avait reculé de quelques lieues. Mais là , le Colonel avait subit trois vilaines blessures dont l'une lui avait ouvert le flanc droit jusqu'aux entrailles qu'il devait maintenir de sa main. Épuisé, fiévreux le bataillon quitta la ferme qui brulait et faisait maintenant marche vers Balaklava pour que le Colonel puisse avoir des soins plus appropriés . C'est dans les sentes excavées que Zork qui avait pris le commandement en lieu et place du Colonel que les Cosaques croisèrent un bataillon Français qui semblait vouloir rejoindre les troupes Française située plus à l'Est . Les antagonistes des deux camps se trouvèrent pratiquement nez à nez .
De part et d'autre, rapidement des ordres fusèrent dans la plus grande confusion . Il n'était plus temps de charger les fusils ; aussi les hommes se ruèrent ils les uns sur les autres . Chabert par expérience demanda à l'Adjudant Chatel de ne pas entrer dans l'affrontement et de se porter rapidement sur le flanc arrière droit de l'ennemi et ceci rapidement , à marche forcée. Catinot qu'en a lui encaissa l'affrontement de face de Zork et Ataman et tout le reste du bataillon des Cosaques hormis Agla qui se campa sur l'arrière , tout près du chariot qui transportait Yuma.
Les Français fort de leurs vétérans laissèrent passer la bourrasque Cosaque qui s'ébranla entrainanyt dans son élan lla retraite calculée des Fusiliers Français. Ceux ci au dernier instants formèrent des carrés pour encaisser les premiers coups meurtriers du Kasak Voisko , mais déjà chaque carré en son centre avait chargé quelques fusils qui firent feu sur l'ennemi , décapitant ainsi en leurs rangs quelques gradés .Chabert se porta près de Catinot et lui prescrit de patienter encore quelques temps . Puis il lui montra l'arrière garde , là ou se trouvait les ravitaillements et les chariots des blessés. Il était pas loin de Midi quand Chabert fit sonner la charge de ses cuirassiers suivi de près par une compagnie de fusiliers.
Quelle ne fut pas la surprise d 'Agla de voir déboulé du coteau boisé une horde de cuirassiers Français qui fondit sur lui et les pauvres bougres qu'il espérait protéger. Les premiers coups de sabres fauchèrent nombre de Cosaque , la masse des chevaux ébranla les soldats russes qui s'égayèrent dans la nature sans demander leur reste, incapable de contrer le surnombre des Français . Chabert demanda qu'on brula tous les chariot et ne voulu pas de prisonnier ... Déjà il repartait pour écraser les premières lignes ennemi quand un diable rouge, pitoyable pantin désarticulé , brandissant un sabre recourbée , jaillit d'un chariot et lui sauta dessus...
Encombré de sa lourde carapace de cuirassier , par l'impact du poids qu'il reçu Chabert fut projeté à terre , incapable de se débarrasser d'un Cosaque qui allait lui prendre la vie ; là , à ce même instant !
Il roula boula au dernier moment alors même que la lame adverse sabrait le sol a l'emplacement même de sa jugulaire. Chab , projeta sa jambe droite dans le bas ventre du furieux qui hurla de douleur et se plia en deux . Le Colonel Français récupéra alors son sabre , le leva pour frapper de taille afin d' en finir avec ce vaurien de Russe quand un cri haut perché lui creva les tympans .

-Par pitié Colonel !!! ...Ne tuez pas cet homme!
La voix féminine avait de fait laisser figer le geste mortel que Chabert s’apprêtait à effectuer. La lame du sabre du Français resta en suspend dans l'air. IL regarda la femme qui se tenait droite sur un cheval bais , son escorte à quelque distance ... Les combats avaient cessé et seules les plaintes des soldats troublaient encore le silence ambiant . Chabet regarda le Cosaque à ses pieds , celui-ci était inerte mais vivait encore . Il rabaissa son sabre et se dirigea à grand pas vers la femme.
Les Soldats Français se rassemblèrent attendant les ordres ...Chatel leur fit signe d'attendre encore avant de massacrer les blessés et de tout bruler.

Image
Vivre libre ou mourir
Avatar de l’utilisateur
Chabert (Mat. 1442)
Colonel
Français
 
Message(s) : 1537
Inscription : Dim Mars 04, 2007 10:46 am
fiche

Message par Chabert » Sam Nov 03, 2012 1:58 pm

Face à face

D'un oeil avisé Chab ( de son surnom Parisien) dévisageât la jeune femme...Il la trouva plutôt belle et bien charpentée là ou il fallait mais elle possédait des traits fins du visage ce qui lui donnait une dignité tout à fait remarquable . Il croisa son regard profond .

Madame ...A qui ai je l'honneur ? Que faites vous ici , accompagnée de soldats Russes ?

Chabert cherchait à comprendre ... A comprendre pourquoi elle se mettait en danger pour cet ignoble partisan Russe ...Qui ressemblait ...Oui l'homme à terre , ressemblait à un Cosaque . Aussi ne comprenait il pas l'intervention de cette femme qui lui semblait être titrée. La femme évita de décliner son identité et préféra titiller l'orgueil du Colonel Français , elle joua de séduction.
Monsieur, Colonel de surcroit à ce que je vois , vous n'allez sans doute pas tuer un homme à terre qui plus est à moitié occis ... Serait ce là, les bonnes manières de la France et de ses soldats ?
J'ose encore croire qu'il existe encore quelques valeurs dans ce si beau et noble pays...

Elle releva ses mèches de cheveux que le vent avait glisser sur son visage ...Elle baissa les yeux, puis soudainement releva la tête et donnnant de son bassin elle fit avancer sa monture près de Chabert.
Celui-ci ravala sa salive ...

Madame , .... Dont je connais pas le nom et encore moins vos titres , sachez que la Grande Armée possède toutes valeurs requise; tant par sa vaillance , son hardeur au combat que par sa noblesse d'esprit
Chabert lui tourna les talons et donna quelques ordres ,puis se remit en selle non sans regarder le Cosaque gisant à terre .
Passons notre chemin , nous avons assez perdu de temps en ce lieu, l'Empereur nous attend !!!!
Madame .... Faites en sorte que ces pauvres bougres se rétablissent au mieux... Entre vos mains, je ne doute que la médecine fera des miracles...

Il la salua une derniere fois puis donna l'ordre de marche
Vivre libre ou mourir
Avatar de l’utilisateur
Chabert (Mat. 1442)
Colonel
Français
 
Message(s) : 1537
Inscription : Dim Mars 04, 2007 10:46 am
fiche

Précédent

Retour vers Chroniques de la Campagne de Russie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)