Joyeux anniversaire.

Racontez vos histoires autour d'un verre sous la tente...

Modérateurs : Modérateurs français, Animateurs, Modérateurs russes

Joyeux anniversaire.

Message par V. Stephanovitch » Jeu Jan 12, 2012 12:23 am

Il neige encore ce 12 janvier...

Mais il n'était pas temps de s'émerveiller devant pareil blanc spectacle immaculé ce même matin de 1776, l'épouse du Comte Badration étant en train de donner le jour à son second fils : Piotr.
Ce n'est toutefois qu'en début d'après-midi que le Comte apprit le décès de la compagne d'un de ses moujiks. Elle, malheureusement, n'avait pas eu la chance de survivre à une autre naissance : la mienne.

Piotr fut inscrit au Régiment Ismaïlovsky, comme il était d'usage, alors qu'il n'avait pas encore 5 ans, et fut envoyé étudier à Saint-Petersbourg quelques temps après.
Image
Nous ne nous revîmes qu'au printemps 1806, devant la porte de mon isba, peu après le retour de Moravie du Comte Badration, dont les blessures avaient nécessité l'amputation des deux jambes.
Ce dernier désirait s'entretenir avec moi :


« Mon fils ! »

A ces mots, Piotr blêmit et rapidement parut vouloir objecter. Mais le Comte lui fit signe de n'en rien faire et d'écouter ce qu'il avait à dire :

« Le malheur de notre armée était complet. Tout n'était plus que confusion ou s'abîmait sous les glaces creusées par les boulets de l'artillerie ennemie. En vain, je suppliais qu'on me secoure, l'un d'eux ayant éventré un mousquetaire de la Brigade Loshakov avant de venir me briser les genoux...
Assuré de succomber à mes souffrances si elles n'étaient pas rapidement apaisées, je me crus définitivement perdu au moment où l'obscurité enveloppa le champ de bataille.
Mais c'est alors que votre père, pourtant désigné de la surveillance de mes effets, surgit de nulle part et me chargea sur son dos avant de parcourir plus de 3 lieues afin de me remettre à un médecin logeant dans un village proche...
Quelques jours plus tard, à l'annonce de l'approche d'une patrouille de hussards français, et alors qu'on se préparait à me cacher et à chasser le moujik à qui je devais d'être encore en vie, je lui jurai de vous traiter comme mon propre fils jusqu'à son retour. »

Piotr s'inclina en réponse à un mouvement du Comte et me dirigea vers une autre chambre où un bon feu était allumé et une table servie comme pour des princes.
Congédiant les quelques domestiques affairés à étendre les draps du lit, il s'approcha ensuite de moi et souffla :


« Votre ancien maître est certes désormais votre père. Mais n'attendez pas de moi que je devienne un jour votre frère ! »

Quelques temps s'écoulèrent après cet épisode, marquées par des peines sans relâche pour mériter pareille situation, me multipliant afin de perfectionner mon éducation et suivre des études dont je ne mesurais pas la portée lorsque je menais encore la charrue dans les champs du Comte.

Un soir, j'évoquais la teneur des propos qu'avaient tenus Piotr, cherchant à illustrer les distances qu'il avait instaurées entre nous.
Il me fut répondu :


« N'en voulez point à monsieur votre frère, mon fils. Piotr avait compris qu'il ne rejoindrait pas l'armée, puisque, mutilé comme je le suis, je l'avais prié de se charger de nos affaires.
Et si vous lui parliez de la campagne en cours ? »

Le lendemain, j'allais effectivement trouver Piotr et feindre porter quelque intérêt à la bataille d'Eylau, dont les détails commençaient à nous parvenir.
Quelle fut alors ma surprise de constater un changement considérable dans son attitude vis-à-vis de moi : Au bout d'un mois, nous finissions par nous amuser comme deux enfants en faisant manœuvrer une vingtaine de moujiks autour de notre demeure, riant ensemble de la maladresse de certains !
A dater de cet instant, j'étais finalement parvenu à être reconnu comme l'un des fils du Comte.

...

Depuis, l'armée française à franchi le Niémen pour porter les affres de la guerre sur le sol de notre sainte Russie.
Et, cette fois, ni les sévères injonctions de notre père ni les lamentations de notre mère ont pu retenir Piotr, qui a pris le commandement d'un bataillon au sein de la Garde Preobrajensky.

Afin d'exaucer leurs vœux, je me suis « lancé à sa poursuite » ...




Image
Et, puisque la providence me permet d'apercevoir les feux de ton bivouac ce matin :

« Joyeux anniversaire, monsieur mon frère ! »
Avatar de l’utilisateur
V. Stephanovitch (Mat. 46300)
Colonel
Russe
 
Message(s) : 4239
Inscription : Dim Nov 13, 2011 12:58 pm
Localisation : I'm going home...
fiche

Message par vétéran DIMITRI SOMJANOV » Jeu Jan 12, 2012 9:21 am

Bonne anniversaire Comte Badration :kiss:
Que cette nouvelle année soit riche en évènements et vous apportent pleins d'bonnes choses.
Avatar de l’utilisateur
vétéran DIMITRI SOMJANOV (Mat. 40220)
Général de brigade
Russe
 
Message(s) : 340
Inscription : Lun Avr 05, 2010 3:11 pm
fiche

Message par vétéran Piotr I. Badratio » Ven Oct 11, 2013 4:26 pm

Bientôt deux ans...

Piotr Badration rencontrait quelques difficultés à mettre un pied devant l'autre. La solution la plus simple, et sans doute la meilleure, avait été finalement de monter à cheval.
Il était heureux. Enfin ! Enfin, il allait pouvoir écrire à son père que le galon de Colonel lui était accordé. "Quelle bonne idée d'être venu t'empaler sur mon escadron de hussards, Louis* !", hurlait-il à qui voulait l'entendre.
Levant la bouteille aussi vivement que le sabre qu'il faisait tournoyer au-dessus de la tête, il paraissait encore plus dément qu'à la normale.
Le Prince Badration devinait déjà qu'il ferait la fierté de son père, comte de l'Empire russe. C'est tout ce qu'il était venu chercher à l'armée, finalement : une reconnaissance dynastique !
Le comte était revenu de Moravie en 1806 avec les deux jambes amputées. Piotr reviendrait de Saxe avec le grade de Colonel et la fonction de Commandant de la 2ème Division de la Garde, qu'il avait organisée avec son vieil ami, le Colonel Maxos.

Il jetait quelques pièces d'or au sol, portait en toute occasion le goulot de sa bouteille de vodka à la bouche, jurait comme un démon et souhaitait être seul. Lui seul pouvait mesurer l'importance de la situation. C'est en tout cas ce qu'il pensait.

Vladimir Stephanovitch*, frère de Piotr, avait bien évidemment dépêché l'un de ses officiers d'ordonnance pour le féliciter. L'officier Marineelov fût interpellé par Andrei Polkonski : "Halte, Monsieur !", lança t-elle. "Son Excellence, le Prince Badration, ne désire pas être congratulée pour le moment. Sa promotion ne sera effective que demain, à onze heures précises" annonça t-elle alors.
- "Je saurais attendre le temps qu'il faudra, donc", rétorqua l'interlocuteur.

Image

Regardant avec amusement le promu sauter de rive en rive, les deux adjudants se mirent à ricaner. Confuse, Andrei Polkonski reprit quelques allures : "Il paraît que Zatopek a réintégré les rangs de notre armée", poussait-elle. "Il semblerait également qu'il confirme ce que tout le monde pense tout bas de Michka le traître..."
- "En effet. Tout ce que je puis dire, c'est que Michka, devenu Briscard, n'est pas porté en odeur de sainteté par cet homme."
- "Au moment opportun, j'irai lui demander jusqu'à quel point les Grenadiers Réunis nous ont maudit tandis que nous faisions chuter leur ferme... A vrai dire, je m'en moque bien, mais je sais que mon Maître voudra le savoir."
Les mains serrèrent davantage la bride. Maudit soit le Français. Maudit soit celui qui poussait l'armée russe en Saxe. Andrei Polkonski, le regard sévère à présent, n'apercevait plus Piotr mais Saint-Pétersbourg. Qu'était devenu son jeune frère, Nikolaievich ? C'est à cause de son corps, malade, qu'Andrea avait pris la décision de porter l'uniforme à la place du cadet de la famille. Elle priait chaque soir pour que l'esprit de son frère dompta la chair et le sang.
- "Et que vive la Russie !", s'étrangla t-elle soudainement.


* L'escadron de cuirassiers de Louis de Larthuriere, Garde Impériale, a été anéanti ce jour, le 8 octobre 1812.

* http://www.campagne-de-russie.com/forum ... php?t=8736
L'Hiver vient !
Image
Avatar de l’utilisateur
vétéran Piotr I. Badratio (Mat. 46279)
Colonel
Russe
 
Message(s) : 2282
Inscription : Jeu Nov 10, 2011 2:47 pm
Localisation : Avec les Braves.
fiche


Retour vers Chroniques de la Campagne de Russie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)