Les Toulonnais

Racontez vos histoires autour d'un verre sous la tente...

Modérateurs : Modérateurs russes, Modérateurs français, Animateurs

Les Toulonnais

Message par vétéran Léon Lafleur » Mar Avr 23, 2013 8:30 pm

Léon Bourquet dit « Lafleur », gardien chef au bagne de Toulon…arrondi sa solde en rendant de menus services aux forçats : une fille, un paquet de tabac, passer un message du dedans comme du dehors…

Il sait aussi se rendre utile à la Sûreté en laissant trainer ses oreilles…et en s’empressant de faire rapport de toute information utile…sauf évidemment si l’intéressé sait acheter son silence…

Ce petit jeu…comporte l’inconvénient de s’attirer des ennemis tenaces…

Sentant le vent tourner et sa vie ne plus tenir qu’à un fil…il finit par se dire qu’il était temps de changer d’air. Faisant jouer l’un ou l’autre secrets comprometant…il finit par obtenir un brevet de sous-Lieutenant auprès d’un contingent en partance pour la Russie. La Grande Armée a besoin de chair à canon et se fait moins regardante que par le passé…

Il réussit même à embrigader certaines de ses bonnes relations :

Ivon Gobreux dit « La Vérole » vendeur de charmes féminins promu Adjudant ! Gilbert Duvalin dit « Coupe-Jarret » meurtrier de talent et Gaston Darbois dit « Tire-Laine » détrousseur de grand chemin notoire !

Voilà la fine troupe qui part vers la Sainte Russie à la tête d’un bataillon de pendards de leur espèce qui se font vite un nom : "Les Toulonnais".

Lafleur, La Vérole, Coupe-jarrets et Tire-Laine n’ont qu’une idée en tête : se faire oublier en France et revenir riche de la guerre.

Ils profitent de la longue marche pour organiser un peu de prostitution et de trafic de nourritures et d’équipements…histoire de ne pas perdre la main !
Dernière édition par vétéran Léon Lafleur le Dim Fév 02, 2014 10:11 pm, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
vétéran Léon Lafleur (Mat. 49698)
Major
Français
 
Message(s) : 240
Inscription : Ven Avr 19, 2013 8:31 pm
fiche

Message par vétéran Léon Lafleur » Lun Sep 30, 2013 9:47 pm

Les Toulonnais étaient arrivés sans le sous en Russie pour intégrer l'Ecole Militaire Française...

Hum...la rencontre fut difficile...les fangeux avaient du mal à marcher au pas, respecter la discipline, suivre les lubies de sous-off... dérangés...

Un jour Coupe-Jarret se chopa l'adjudant Brouet...qui ne jurrait que par les séances de rampe dans la boue des marais de la Bérézina...

Coupe-Jarret prenait sur lui en faisant semblant de s'y coller...lorsque l'adjudant lui écrasa le crâne de son talon pour qu'il rampe plus bas...

Coupe-Jarret quitta le marais pour les étuves des dames de La Vérole...tandis que Brouet disparut...dans la fange...accident dit le rapport du brigadier Nantel de la gendarmerie impériale qu'on disait féru de fine champagne !

Les Tounlonnais comprirent vite qu'une armée en campagne manquait de tout et surtout d'hommes de troupe et de donzelles fraiches...

Le commandement des Toulonnais en fit une devise ! Les écus et rester vifs ! Il s'agissait de profiter de la campagne pour s'enrichir tout en sauvant sa peau.

Fallait d'abord régler l'ordinnaire...un petit prêt de l'Ecole Militaire Française pour équiper de pieds en caps les Toulonnais...

Il était temps de mettre les voiles...

Les Toulonnais n'avaient alors à leur actif que les donzelles de l'adjudant La Vérolle. Une quinzaine de donzelles...une partie venue de France et un peu défraichie du voyage, le reste trouvée en route en Prusse, Pologne et Russie...

La Grande Armée manquait d'hommes vivants et encore plus de femmes...

Les Toulonnais finirent pas signer leur raliement au prestigieux régiment des grenadiers réunis...contre bourse garnie pour le coffre du bataille et promesse de primeur sur les donzelles...

Il fallait maintenant filler et gagner à marche forcée le front tenu par le régiment...

En route...l'incident, l'imprévu... les gueux des gueux, les bouseux à queues de jument...LES COSAQUES !

Les sbires de La Vérole n'y purent rien...les donzelles finirent en chèvres pour ces boucs !!!!

Que dire aux Grenadiers réunis...il y fallut tout l'art de Lafleur pour se faire oublier après cet échec...il fallut donc se battre pour de vrai...

Et finalement tuer en bataille n'est point fort différent de tuer en ruelle sombre...

Les réflexes des bagnards firent merveille...en cette campagne de la Bérézina qui n'en finissait pas de saigner les armées...

La victoire venant...un peu de menace...un peu d'or et un brevet de Lieutenant chez les bonnets à poils finit par poindre au bout du jour pour Lafleur...

Cela tombait bien car une bonne cinquantaire de Toulonnais tout frais venait d'arriver du pays...sous la houlette du Renifleux... Un braconnier de première...un peu receleur aussi...

Ils amenaient aussi un contingent d'une vingtaine de françaises de petite vertu presque sans vermine...

Les affaires de La Vérole allaient pouvoir reprendre...

Il se disait que même le Maréchal Druon était impliqué...une certaine Jeannotte aux yeux clairs et à la poitrine de cuirassier !
Image
Avatar de l’utilisateur
vétéran Léon Lafleur (Mat. 49698)
Major
Français
 
Message(s) : 240
Inscription : Ven Avr 19, 2013 8:31 pm
fiche

Message par vétéran Léon Lafleur » Dim Fév 02, 2014 7:32 pm

Jeannotte savait tellement bien y faire qu'elle fit perdre la tête au Maréchal...

Il ne savait plus s'en passer au point de commencer à manquer à ses devoirs...et la chose devenait de plus en plus connue...

Lafleur sentait que cela risquait de sentir le roussis...s'il n'y mettait point bon ordre... on pourrait même l'accuser de trahison au service de l'ennemi...

Par une belle nuit froide, il chargea La Vérole de conduire la pauvre Jeannotte au campement d'une bande de cosaques qui grouillaient sur les arrières du front nord depuis un bon bout de temps. L'affaire fut rondement menée et la section de La Vérole revint encombrée d'un chariot remplit à ras bord de vodka et de fourrures...

On conta au Maréchal que la petiote avait été victime d'un raid cosaque...et que rien n'avait pu être fait pour la sauver.

Inconsolable, privé des joies du corsage bellement garni de la belle, il dépéri littéralement...perdant même contenance...il se disait même qu'il aurait fait torturer des prisonniers cosaques dans l'espoir d'obtenir des nouvelles de la captive...

Ces nouvelles vinrent aux oreilles de Lafleur qui frémit à l'idée qu'un de ces loups puants de cosaque ne vint à conter au Maréchal son odieux marchandage...

Le Maréchal finit par remettre sa démission et réintégrer pleinement son régiment...Par ailleurs, "la cantine des toulonnais" commençaist de par trop à intéresser la Gendarmerie impériale.

Enfin, les Grenadiers réunis étaient toujours en mouvement à guerroyer sur les arrières de l'ennemi sans prendre le temps d'une "visite" des villes et villages...digne de ce nom et de la caisse des Toulonnais.

L'Etat-major des Toulonnais finit par décider qu'il était temps d'aller brouter ailleurs afin d'y chercher meilleur pâturages...

C'est ainsi, que décision fut prise d'intégrer un autre régiment servant loin au sud du front et en manque de troupes...ce fut l'Armée du Rhin... qui accepta ces "vaillantes recrues".

Afin de laisser bon souvenir aux Grenadiers réunis...(faut jamais partir en mauvais termes, on ne sait jamais...)une escouade en jupon et un chariot de tonnelets fut laissé aux bonnets à poils...

Voilà donc nos soudards en marche vers le sud...profitant au passage des greniers et granges de Moujiks "généreux".
Image
Avatar de l’utilisateur
vétéran Léon Lafleur (Mat. 49698)
Major
Français
 
Message(s) : 240
Inscription : Ven Avr 19, 2013 8:31 pm
fiche


Retour vers Chroniques de la Campagne de Russie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité