Lettres à...

Présentez ici votre personnage RP

Modérateurs : Modérateurs russes, Modérateurs français, Animateurs

Lettres à...

Message par vétéran Georges Pontmercy » Jeu Nov 05, 2009 8:58 am

Avant propos:

Ce sujet sera composé d'une série de lettres que le major Georges Pontmercy écrira tantôt à sa femme, tantôt à d'autres joueurs qui auront alors le droit de répondre si le coeur leur en dit.

Avant cela, et bien que ça soit HRP, je me dois de vous expliquer qui est exactement Georges Pontmercy.
Il est le condensé de 3 personnes, deux fictives et une réelle.

Il tient tout d'abord son nom et son histoire globale des Misérables de Victor Hugo. Dans ce roman mythique, l'auteur fait entre autres intervenir un jeune homme, Marius Pontmercy, qui avait pour père un dénommé Georges. Friand d'histoire, Hugo a prêté à ce Georges Pontmercy toutes les qualités qu'il voulait bien voir en son oncle, Louis Hugo, héroïque défenseur à Eylau, et son propre père, Joseph Hugo, tous deux généraux de l'empire.
Ainsi, sous la plume du romancier, Georges Pontmercy est il un soldat intrépide, volontaire pour les guerres de la révolution, ayant combattu pour Napoléon partout en Europe (pour la période qui nous interesse: Spires, Worms, Neustadt, Turkheim, Alzey, Mayence, Marchiennes, Italie, Egypte, Austerlitz (décoré) Eylau, Friedland et bien d'autres...) intrépide et courageux, devenu sous lieutenant sous Kléber et ayant gravit les échelons grâce à son dévouement et son abnégation.
Hugo le dit doué de "double main", ce qui est l'aptitude à manier également, soldat, le sabre et le fusil, officier, l'escadron et le bataillon.
Lors de la bataille de Waterloo, où il est cuirassier, il s'empara du drapeau du bataillon de Lunebourg en recevant un coup de sabre dans le visage et alla le poser aux pieds de l'Empereur qui lui dira alors: « tu es colonel, tu es baron, tu es chevalier de la légion d’honneur. » Ce trait de caractère, la dévotion à Napoléon, n'est pas repris pour mon personnage et est remplacé par l'idéal de la Révolution.
Il a une femme, dont nous ne savons que les noms successifs (jeune fille Mlle Gillenormand puis concubine Mme Pontmercy) et, comme je l'ai déjà dit, un fils nommé Marius.

Il tient ensuite une bonne partie de son caractère d'un dénommé Samuel Vimaire, personnage des Annales du Disque Monde de Terry Pratchett.
Vimaire est un flic issu du peuple et ayant malgré lui monté l'échelle sociale jusqu'à devenir, de membre de bande de rue, Duc d'Ankh-Morpork, commissaire divisionnaire du guet municipal et mari de la femme la plus riche de la ville. Malgré cela, il déteste les privilèges et passe son temps à emmerder et critiquer "la haute", dont il fait comme on l'a dit maintenant partie.
Il est un pur républicain, son ancêtre ayant décapité le dernier roi de la ville, cynique, volontiers salopard et médisant.
Plein de contradictions, il arbore un septicisme constant mais croit dur comme fer, au fond de lui même, en des valeurs et des idéaux tels que la justice universelle ou l'égalité pure qu'il cherche à instaurer par tous les moyens. Il n'en est pas moins dévoué au Patricien, chef de la ville, et bien qu'il le déteste cordialement le protège de son mieux des multiples tentatives d'assassinat dont il est l'objet. Il dit, comme pour se justifier, que si quelqu'un doit tuer Vétérini (le Patricien) il aimerait que ça soit lui.
Il est proche des hommes qu'il commande, hait l'autorité alors qu'il la représente, abhorre la noblesse alors qu'il en fait partie, et dénigre toutes les valeurs qu'il respecte parce que, grosso modo, "je sais et moi j'ai le droit de dire que les nains et les trolls sont des bons à rien parce que je les fréquente tous les jours", ou encore "Ankh Morpork est une ville pourrie, qui pue, un ramassis de crétins, mais c'est MA putain de ville et moi j'ai le droit de le dire, par contre le salaud de l'autre pays ferait mieux de la fermer".
Je suis moi même un peu comme cela, mais il est une caricature et je tâcherai de trouver un juste milieu entre lui et moi.

Car, et parce que non, je ne suis pas qu'un sale petit plagiaire ou un arrogant pseudo écrivain qui s'estime digne de réécrire Victor Hugo, Georges Pontmercy tient beaucoup de moi: il est franc, allant volontiers jusqu'à l'agression verbale et l'insulte au travers de l'ironie, crache sur les privilèges, ne s'embarrasse pas des convenances, refuse l'injustice, est sûr de lui, est profondément patriote, est un fervent démocrate (avec la conception très personnelle que j'en ai et qui ne rentre dans aucun des standards français actuels), a un vocabulaire fourni allant du pire vulgaire au meilleur soutenu et prend un vif plaisir à être détesté parce qu'après tout "c'est la plus agréable des reconnaissances".

Somme toute, c'est un vrai connard, et j'espère que j'aurai la motivation et le talent qui nous donneront envie, à vous lecteurs et à moi auteur, d'écrire de nombreuses "lettres à" quelqu'un.

Je vais tâcher de commencer du début et non du présent, m'inspirant volontiers de mon histoire sur le jeu et sur le forum, RP ou HRP, et je tâcherai de vite rattraper le retard accumulé pour en venir à 1814.
Ce qui fait que nous commençons lors de l'arrivée de Georges Pontmercy au front, le 3 octobre 1812.
"pontmercy ne cherche que le pouvoir. ce personnage n'a aucune limite dans son ambition aucune moralité. je prevois des jours tres sombre a la CDR si il continu a sevir. Avec L*** je les vois bien avoir conclue un pacte pour prendre le pouvoir a CDR"
Avatar de l’utilisateur
vétéran Georges Pontmercy (Mat. 12207)
Major
Français
 
Message(s) : 2274
Inscription : Mer Oct 03, 2007 7:24 pm
fiche

Message par vétéran Georges Pontmercy » Jeu Nov 05, 2009 10:56 pm

Brugnov, 3 octobre 1812

Ma chère épouse,

Je suis enfin libre.
J’espère que tu ne t’es pas trop inquiétée lors de ces quelques mois sans nouvelles de ma part, pour moi ils furent longs et douloureux. Te dire ce qui m’a valu cette mise au frais pourrait m’en donner une autre, mais tu sais que je désire te voir partager chaque minute de ma vie. Mes compagnons d’armes t’en ont, j’espère, informé comme je le leur ai demandé mais rien ne vaut un récit de première main.
J’ai clairement et distinctement dit à des amis que les dérives autoritaires et anti républicaines de Napoléon me faisaient le même effet que celui de me torcher avec du papier de verre. Il était un héros de la république, et est devenu un tyran mégalomane. Deux lèche-bottes l’ont entendu et rapporté, ce qui m’a valu le gniouf pour propagande antipatriotique ou un truc dans ce genre. Heureusement que j’ai déjà prouvé ma valeur et mon amour de la France, sans ça je frisais le peloton d’exécution… Ma légion d’honneur gagnée à Austerlitz et mes états de service, mes blessures ramassées au champ de bataille et celles infligées à l’ennemi, les combat gagnés et les camarades morts auront au moins servit à quelque chose.
Vive l’empire.

Bref, je suis enfin dehors et comme tu le vois ma première action fut de prendre la plume pour te donner de mes nouvelles. L’armée a trop besoin d’officiers pour se permettre de m’immobiliser longtemps, cette campagne qui commence ne sent vraiment pas bon… Rends-toi compte, nous sommes près d’un demi-million ! La première bataille, celle pour les villes de Brugnov et de Glarnyroksy, commence déjà fort, les morts se comptant par centaines et les blessés par milliers.
J’aimerais tant que tu sois là… Je ne suis arrivé que peu de temps après le début, mais déjà je te promets qu’elle sera longue et dure, et que j’aurai besoin de toi pour m’aider à supporter cette épreuve. J’aimerais que tu puisses palper la tension qui règne ici, l’envie d’en découdre et la peur de mal faire sont omniprésentes. L’artillerie a augmenté son calibre et même elle, flanquée de sacs de poudre, semble vouloir cracher son feu destructeur. J’ai confiance en mes capacités, nous savons tous les deux de quoi je suis capable dans un tel duel, mais cela fait si longtemps que j’aurais peur de m’y prendre comme une brute, de me lancer dans un corps à corps furieux dont je ne sortirai pas indemne et dans lequel la personne en face souffrirait. Tu sais que je n’aime pas la cruauté… Mais l’envie est impérieuse.

Il faut que je ressente le combat, que je me batte et sois à côté de mes compagnons. Je ne les ai pas vu depuis si longtemps, je ne sais même pas où mon corps d’armée se trouve. On m’a refilé des bleus et dégradé, je suis redevenu sous-lieutenant, comme avec Kléber ! L’empereur n’aime pas être critiqué, j’aurais pourtant pensé en avoir gagné le droit depuis le temps que je me bats pour mon pays et pour lui. Moi, volontaire de la Révolution, soldat puis officier du tondu depuis ses débuts, je suis avili pour avoir exprimé mon opinion, que j’ai forgée dans le sang et la douleur au service de la patrie !
La France est tombée bien bas, engagée dans cette guerre qui sera la plus monstrueuse boucherie de l’histoire…

J’espère avoir la joie de revoir Marius un jour, assure le de mon extrême tendresse.
Je pars en quête de la gloire et des amis que l’on m’a retirés, je t’écrirai à nouveau dès que possible.

Avec tout mon amour,

Georges.


HRP/pour les commentaires et remarques, ma boite à MP est ouverte bien sûr.../HRP
"pontmercy ne cherche que le pouvoir. ce personnage n'a aucune limite dans son ambition aucune moralité. je prevois des jours tres sombre a la CDR si il continu a sevir. Avec L*** je les vois bien avoir conclue un pacte pour prendre le pouvoir a CDR"
Avatar de l’utilisateur
vétéran Georges Pontmercy (Mat. 12207)
Major
Français
 
Message(s) : 2274
Inscription : Mer Oct 03, 2007 7:24 pm
fiche

Message par vétéran Georges Pontmercy » Sam Nov 07, 2009 5:27 pm

Mohilev, 9 juin 1813

Ma tendre amie,

Je peux à nouveau marcher. Certes, je garde une légère douleur au genou mais "à coeur vaillant rien d'impossible" comme disait l'un de ces salauds de royalistes. Au moins avaient ils le sens de la formule. Enfin, avant qu'on ne leur coupe la tête bien sûr. 6 mois d'immobilisation puis de rééducation, à peine hors de prison ! Je vais commencer à me croire maudit, pour sûr. Au moins pendant cette période ai-je pu t'écrire régulièrement...
Et cela eut un autre bénéfice: le gratin a pu voir, en m'observant devant mes hommes et face aux Russes, qu'en rien ma loyauté n'avait été affectée, et si ils ne m'ont pas rendu mes galons au moins ont ils consentit à me rendre à mon corps d'armée. Le IIIème n'a pas changé, il y a toujours les mêmes vieux grognards donc je te parle si souvent et que nous avons reçu à dîner pour certains. Les Chabert, Razout, Jean Lannes, Fredo et autres Stargate (je ne te dresserai pas la liste complète, tu la connais) se souvenaient de moi et m'ont accepté sans soucis.
Ils savent pour quelle raison j'ai été enfermé et certains se méfient encore de moi, mais c'est normal et ça va passer. Plusieurs d'entre eux doivent tout à l'empereur, c'est une chose que même avec la pire mauvaise foi, et l'être suprême sait que je ne suis pas le dernier en ce domaine, nul ne peut contester. Il a permis plus d'égalité que le directoire, c'est une chose dont la France peut s'enorgueillir et lui rendre justice.
Gageons que plus jamais dans notre si beau pays un fils d'immigré ne sera obligé de se contenter que d'un poste de sous officier au bout de 20 ans de carrière alors que les enfants de maréchaux se voient attribuer du grade de par leur naissance.

Pour retrouver leur confiance et montrer la rage que j'ai emmagasiné durant tout ce temps, je me suis porté volontaire pour suivre Chabert dans l'une de ses multiples lubies: l'opération Joséphine.
Nous avons un fortin en défense et devons empêcher nos adversaires de passer, mais de nombreux cosaques harcèlent nos flancs de l'autre côté d'un fleuve qui le longe. Chab' veut que l'on traverse pour prendre possession des quelques bosquets qui permettraient de nous en affranchir. C'est un dingue, mais je vais tenter le coup. Nous serons accompagnés par Virgo et Granduf, autant te dire que les ruskovs ne pavaneront pas longtemps.
Il ne reste plus qu'à nous préparer, il nous faudra des munitions et des vivres car pour quelques semaines nous serons coupés du reste du régiment. Les ennemis sont féroces ici, ils défendent leur pays et connaissent bien le terrain. Ce sont de bons patriotes, il est dommage que l'on doive s'écharper ainsi... Mais ils sont légitimistes et préfèreraient détruire nos acquis que de nous laisser en paix. Si seulement le Tsar avait honoré Tilsit, tout cela ne serait qu'un mauvais rêve.
J'espère juste qu'un jour, un type comme moi viendra d'en face pour me serrer la main et qu'on trinque à la déchéance des imbéciles qui nous dirigent et nous ordonnent de crever. Le nombre de tués est colossal, je ne sais pas d'où les deux camps tirent toutes ces réserves... Mais nos chirurgiens sont excellents et arrivent à sauver un bon nombre d'hommes. Comme tu le sais, je leur dois ma jambe et probablement ma vie.

Embrasse notre fils de ma part et sois sûre de mon affection envers toi, si ce ne sont ni les balles, ni les sabres, ni la faim qui me tueront ça risque fort d'être le chagrin que me cause notre éloignement.
Je t'écrirai une lettre dès que l'opération Joséphine aura été couronnée de succès, je te raconterai un peu les combats.

Georges



HRP/Dur de trouver une explication à 6 mois d'arrêt de jeu, je passe pour une brêle ^^'
Pour les questions, commentaires et remarques, ma boite à MP est ouverte./HRP
"pontmercy ne cherche que le pouvoir. ce personnage n'a aucune limite dans son ambition aucune moralité. je prevois des jours tres sombre a la CDR si il continu a sevir. Avec L*** je les vois bien avoir conclue un pacte pour prendre le pouvoir a CDR"
Avatar de l’utilisateur
vétéran Georges Pontmercy (Mat. 12207)
Major
Français
 
Message(s) : 2274
Inscription : Mer Oct 03, 2007 7:24 pm
fiche

Message par vétéran Georges Pontmercy » Sam Nov 14, 2009 2:18 am

Mohilev, 16 août 1813

Mon aimée,

Cela fait bien des jours que je ne t'ai écrit, et je m'en excuse. Les combats, le commandement, tout ce que j'avais connu il y a longtemps puis oublié... Le bref retour au front d'octobre ne m'avait pas remis en mémoire à quel point c'était dur. Voir ses camarades tomber, entendre les balles siffler à ses oreilles, sentir la vie, l'âme, les désirs, les joies et les peines d'un homme s'exhaler alors qu'on lui perce le flanc d'une baïonnette, je souhaite vraiment que notre fils n'ait jamais à connaître ça.
Cela fait un peu plus de deux semaines que nous sommes engagés dans l'opération Joséphine, et la fatigue me pèse déjà. Nous dormons peu, toujours aux aguets, jamais rassasiés. Je t'ai déjà dit en quoi elle consistait, mais peut être qu'avec un petit croquis tu te rendras mieux compte de la situation:

Image

Vois tu la position dans laquelle nous sommes ? Pardonne moi de ne pas te dessiner la carte de la bataille entière, mais laisse moi te détailler la situation: le IIIème est de l'autre côté du fleuve, vers le sud. Les Russes y sont nombreux et hargneux. Il est impossible de protéger la mine tout en avançant, aussi Chabert a t il recruté quelques volontaires pour se couper du reste des soldats et permettre l'avancée du corps entier. À l'Est se trouve la Brigade Infernale. Ce sont de valeureux soldats, mais ils ont un autre objectif et nous ne nous mêlons pas vraiment.

Les privations rendent les hommes apathiques, mais dès qu'il s'agit de repousser l'ennemi, il redeviennent des enragés. Pauvres guerriers bercés d'illusions, ils croient réellement les paroles de Napoléon, l'assassin de la démocratie... C'est un sacré général, mais comme chef d'État il vaut à peine mieux que Louis Capet: ce dernier n'a au moins pas trahit les attentes de son peuple. Je reconnais toutes les choses que nous lui devons, les institutions, la stabilité, la gloire, mais j'eusse préféré la liberté, l'égalité et la fraternité. Le directoire était rempli de pourris, mais il ne suffisait que d'incorruptibles en lieu et place des Barras, Sieyès, Reubell et autres Moulin pour que la France poursuive son évolution républicaine.
Napoléon a protégé ces valeurs avant de les abandonner pour sa propre gloire... Mais les hommes y croient. Ils boivent ses paroles, deviennent fous à ses apparitions, scandent son nom et chantent ses victoires. Ils ne se rendent pas compte de la tournure qu'a pris le régime: la censure, l'autoritarisme, le retour de la noblesse, l'attaque de pays neutres, l'esclavage. Je souffre en sachant que nous ne sommes plus la France mais l'Empire.

Je ne peux cependant pas déserter. Mes amis comptent sur moi et je me sentirais trop lâche des abandonner à une mort certaine. Le Tsar ne respecte pas ses engagements et nous expose à la domination étrangère. Je ne peux pas déserter...
Et puis je commence à reprendre la main. Le rythme des bataille a changé, elles sont longues et lente, tandis qu'avant elles étaient fulgurantes, le sort se décidant rapidement. Ça me permet de me ressaisir. J'ai déjà plusieurs victoires à mon actif, ainsi que deux drapeaux ennemis. Des défaites aussi, mais sans cela, serais-je digne de combattre auprès de mes alliés qui se sacrifient eux aussi sans compter ?
Chabert est un diable, il ne craint pas le danger. Plus d'une fois Virgo et moi avons dû le protéger et le forcer à faire marche arrière. Sans nous, il se serait déjà fait trouer de dizaines de balles... et le pire est qu'il aurait tout de même continué à marcher sur Moscou.

L'opération est pour l'instant un succès. Si on ne lui décerne pas une médaille pour ça, je veux bien m'appeler Marcel.

Il me faut te laisser à présent. Chab' est encore parti devant et harangue l'ennemi. Il risque un énième séjour à l'hôpital.

Je te couvre de baisers, et en dépose un unique sur le front de notre enfant. Non pas que je l'aime moins, mais si je me laissais aller il en mourrait étouffé...

Georges



HRP/comme d'habitude, et c'est la dernière fois que je le dis: j'attends les MP que vous jugerez utiles de m'envoyer./HRP
"pontmercy ne cherche que le pouvoir. ce personnage n'a aucune limite dans son ambition aucune moralité. je prevois des jours tres sombre a la CDR si il continu a sevir. Avec L*** je les vois bien avoir conclue un pacte pour prendre le pouvoir a CDR"
Avatar de l’utilisateur
vétéran Georges Pontmercy (Mat. 12207)
Major
Français
 
Message(s) : 2274
Inscription : Mer Oct 03, 2007 7:24 pm
fiche

compliment

Message par Mikaïl Kroustchev » Jeu Mai 05, 2011 9:03 pm

j'aime beaucoup cette correspondance bien que je suis dans le camp adverse.Cela fait très vrai.
Mikaïl Kroustchev (Mat. 44945)
Sous-Lieutenant
Russe
 
Message(s) : 6
Inscription : Jeu Mai 05, 2011 3:51 pm
fiche


Retour vers Votre personnage

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité